Pantomime

Avant l’étude, consulter :

http://tecfa.unige.ch/tecfa/teaching/UVLibre/9900/bin57/commedia.htm

 

http://books.google.fr/books?id=XvL_W97cdosC&pg=PA77&lpg=PA77&dq=cassandre+neveu&source=web&ots=TSBWlWVqyZ&sig=sinEJBr3w0-R0bnitMrbJp_4G-I&hl=fr&sa=X&oi=book_result&resnum=4&ct=result#PPA54,M1

 

            Le poème dont nous allons faire la lecture est la deuxième pièce de Fêtes galantes, un recueil de poésies de Verlaine édité en 1869, chez Lemerre à Paris. Notre poète est alors âgé de 25 ans ; quand il a 4 ans, son père démissionne de l’armée pour se consacrer entièrement à son enfant et ainsi lui assurer un brillant avenir (saint-cyrien ou polytechnicien) ; la famille se retrouve dans le quartier des Batignolles à Paris ; Verlaine assiste aux matinées, le dimanche, du théâtre des Batignolles, d’où son rêve d’être auteur dramatique. En avons-nous une trace avec son intérêt pour la commedia dell’arte dans ce recueil et dans notre texte ? Quoi qu’il en soit, les efforts parentaux sont récompensés par son succès au baccalauréat ès lettres en 62 ; il ne poursuit pas pour autant ses études de droit ni une carrière, d’abord de rond-de-cuir, ensuite de fonctionnaire subalterne : deux choses comptent pour lui, la poésie avec l’école du Parnasse, dont le dogme est l’impassibilité… et les cafés du Quartier latin, ce qui n’est pas contradictoire. Et il tombe amoureux de sa cousine, Elisa Moncomble, maintenant mariée sous le nom de Dujardin, avec deux enfants. Le frémissement contenu de cette passion affleure dans les Poèmes saturniens dont la tendre Elisa a financé la publication. Mais Verlaine ne trouve que dans l’alcool de quoi soigner son désespoir suite à la mort brutale de sa Muse. Désespoir préfiguré par sa Chanson d’automne, in Poèmes saturniens, en1867, cf. la dernière strophe.  C’est dans l’étourdissement des fêtes qu’il cherche à oublier, dans le salon de Nina de Villars. Au reste, on éloigne de lui les couteaux pointus : son ivresse est agressive, cf. ses deux coups de feu sur Rimbaud, en Belgique. Il participe tous les mois au dîner des Vilains Bonshommes au début de 1869; c’est à cette époque que paraît Fêtes galantes, œuvre marquée par la même insouciance, l’avidité dans les plaisirs, qu’à la fin de l’Ancien Régime… En point d’orgue, il rencontre cette même année 69 sa future femme, Mathilde Mauté, une jeune fille de 16 ans, ce qui amènera la création du recueil : La Bonne Chanson ;  mais il a déjà éprouvé le paradis artificiel de l’alcool, comme l’atteste son poème l’Auberge de 1865 et comme le prouvera sa tentative de meurtre contre sa mère quatre ans plus tard; notons qu’il s’est épris, l’année précédente de Lucien Viotti, un ancien condisciple du musicien Charles de Sivry, le demi-frère de Mathilde… Ces multiples contrastes se retrouvent dans ce poème…

 

Une première publication de ce poème est parue dans L’Artiste, le 1er janvier 1968, avec dans le manuscrit un ancien titre : En a-parte, lui-même barré de manière différente. Est-ce pour surligner l’autonomie de chacun des protagonistes ? De toute façon, ce poème est loin d’être à part dans le recueil… (cf. Fantoche, avec Pulcinella/ Colombine puis Colombine en titre) et la thématique théâtrale est prégnante dans l’œuvre peint de Watteau…

 

Ce poème prend comme thème central la commedia dell’arte ; il s’ingénie à jouer sur les contrastes, voire les contradictions. N’est-ce pas là le propre de toute fête réussie, avec l’obsession verlainienne de pousser la galanterie à l’extrême… de sa tension ?

 

A) la commedia dell’arte

l’ancien titre, a-parte, renvoie à ce que dit un personnage à part, pour les spectateurs, qui est censé ne pas être entendu par les autres intervenants sur scène, ceci montre que le monde du théâtre est bien là, ce que corrobore le titre conservé : de fait, la pantomime est une représentation théâtrale où ce dernier terme retrouve son sens étymologique en grec ancien : «voir» ; le pantomime, l’acteur qui s’y exprime, n’intervient que par ses gestes, ses attitudes, voire ses mimiques, qui peuvent être soulignés par de la musique mais aucunement par des paroles. Et c’est bien de mutisme dont fait preuve Pierrot dans la première strophe, pour souligner sa voracité ? Avec la rapidité induite par les termes utilisés : «vide un flacon sans plus attendre», comme une urgence, avec ensuite la satisfaction, après la soif, de la faim : «entame un pâté», ce qui se fait souvent avec un couteau à grande lame. Le second comparse semble moins vif, plus détaché des contingences physiologiques de ce bas monde : «au fond de l’avenue», assagi : «verse une larme» ; mais le fait qu’elle soit «méconnue» renvoie-t-elle à sa solitude (=le fait que sa tristesse échappe complètement au rustaud Pierrot), ou à son objet : d’où sort ce «neveu déshérité» ? Cassandre, le vieux barbon de la Commedia dell’arte ne pense qu’à sa fille, en vieillard libidineux dont l’obsession est rendue encore plus honteuse par l’inceste ainsi hautement réclamé. Le troisième reprend le devant de la scène, avec l’attaque : Ce, l’homéotéleute -quin, l’allitération en gutturales sourdes [ k ]. Le lecteur, ne sachant trop quel comportement envisager («combine l’enlèvement»), le voit pirouetter 4 fois. Pour marquer sa joie ? Et Colombine de rêver… On la sent penchée sur elle-même, avec l’accumulation des nasales et le ronronnement apaisé des liquides [r].

Après la pantomime, reprenons les pantomimes :

Ø               Pierrot n’est pas fidèle à son image traditionnelle si l’on pense au tableau de Watteau, Gilles, car il est ici, comme l’on dit, nature : son peu de surface sociale s’incarne dans les deux synérèses et les voyelles fermées ; sa gloutonnerie s’exprime par le rythme ascendant du vers : 1/3/4 avec une césure centrale peu fréquente dans un octosyllabe dont le rythme rapide, avec ses variations multiples chez Verlaine est bien en accord avec la vivacité, l’inventivité et l’improvisation dont doivent faire preuve les acteurs dans ce type de création artistique… Ici, Pierrot, comme attendu, ne fait pas de manière : sans plus attendre, alors que la politesse exige que dans un groupe on boive de concert. Pour lui, peu importe le flacon pourvu que l’on ait l’ivresse, et son manque de tenue s’oppose à celle du raffiné, voire sophistiqué Clitandre. Il passe au repas, comme de juste, en accord avec le rythme équilibré du v. 4: 3/2/3. L’indifférenciation des articles indéfinis participe aussi au côté fruste du personnage ici, aux antipodes d’ailleurs d’une dimension tragique, voire d’un fantastique morbide auquel il arrivera dans Jadis et Naguère :

 

                                   Pierrot

 

Ce n'est plus le rêveur lunaire du vieil air
Qui riait aux jeux dans les dessus de porte ;
Sa gaîté, comme sa chandelle, hélas ! est morte,
Et son spectre aujourd'hui nous hante, mince et clair.

Et voici que parmi l'effroi d'un long éclair
Sa pâle blouse a l'air, au vent froid qui l'emporte,
D'un linceul, et sa bouche est béante, de sorte
Qu'il semble hurler sous les morsures du ver.

Avec le bruit d'un vol d'oiseaux de nuit qui passe,
Ses manches blanches font vaguement par l'espace
Des signes fous auxquels personne ne répond.

Ses yeux sont deux grands trous où rampe du phosphore
Et la farine rend plus effroyable encore
Sa face exsangue au nez pointu de moribond

 

Ce qui le concerne est commun : «flacon, pâté», avec l’adjectif «pratique» qui renvoie prosaïquement, en toute simplicité quotidienne, à l’entame d’un pâté dont personne ne veut car trop gras ; mais Pierrot est là pour que personne n’ait à attendre qu’un convive se sacrifie : il faut bien commencer…

 

Ø     Cassandre, lui, semble fini, ce vieillard libidineux que son obsession sexuelle incite au désir incestueux à l’égard de sa fille Colombine, sans égard pour elle ; ici, à l’écart, en piètre estime, car sa mise en exergue en début de tercet est contrebalancée par l’endroit où il est relégué, renforcée par les 3 fricatives ; il s’avère passif comme sa fille : un seul verbe pour évoquer sa prostration, «Verse», en début de vers, cf. Colombine qui «rêve» (au rebours des deux jeunes gens, Pierrot : «vide, entame», comme Arlequin : «combine, pirouette»), le tout incarné par les voyelles fermées qui abondent aux v. 5 et 6. Il est méprisable et ne mérite pas notre pitié : larme méconnue, pour terminer sur une interrogation énigmatique : le neveu déshérité n’a pas d’avatar avéré dans la commedia dell’arte

 

Ø     Arlequin est loin d’être poli par l’amour ; il est présenté sans aménité, comme indigne avec le démonstratif, les trois gutturales sourdes, le mépris qui effleure dans la virulence de l’insulte (avec un effet de balancement sonore propre aux comptines : e a in a e in, quin étant en rime interne, pour ne pas dire homéotéleute) : «faquin», donc un portefaix (amusant pour évoquer un enlèvement ! un homme de peu de valeur, mal élevé et méprisable (d’après le dictionnaire de l’Académie) ou plat et impertinent (dans le Robert) (vieux ou littéraire) avec la césure de l’octosyllabe régulière : 3/8, les nasales abondent comme illustrant l’intensité du désir ; il s’agit pour lui de s’assurer de la possession physique : l’enlèvement, en toute fausse pudeur ; à peine ce forfait est-il mentionné que le succès en est fêté, sans retenue : 4 syllabes pour pi-rou-et-te, ce qui alourdit singulièrement cette figure empreinte habituellement de souplesse. Oui, Arlequin est loin d’être un parangon de la discrétion, comme l’atteste sa tenue en losange,  qui évoque les multiples facettes de ce personnage. Mais ses qualités sont discutables : il ne brille pas par son intelligence, il est bête, famélique, crédule et paresseux. Il cherche partout de quoi se sustenter et pour ce faire, il s’adonne à tous les stratagèmes, pirouettes ou acrobaties imaginables ; sinon, son but est la méridienne, en respectant la loi du moindre effort.

 

Ø     Il s’oppose ici à sa chérie Colombine  qui incarne, ce qui est assez inhabituel chez elle, la spiritualité : «rêve», avec les 3 e finaux qui nous font effleurer son évanescence. Habituellement vêtue de blanc, communément amoureuse de Pierrot, taquinant Arlequin, elle semble ici s’ouvrir avec surprise, ce que marquent les liquides, aux subtilités de la cour amoureuse, avec l’écho des «cœursۚ» en accord, comme le veut la répétition, le souffle de la brise étant à l’instar des battements du cœur de l’amoureux, qui devient amant (mais lequel ? Pierrot ou Arlequin ?) puisqu’il éveille un écho chez l’autre; elle-même semble s’ouvrir à l’amour, non pas comme quelque chose de nouveau chez une vierge qu’elle n’est pas dans la commedia dell’arte, mais comme une renaissance des sentiments amoureux (Pierrot, Arlequin ? Entre les deux son cœur balancerait-il ?), pluriel auquel nous contraint le terme final : «des voixۚ», en une mise en abyme pour évoquer les sonorités de ce poème…

 

 

B)  les contrastes : Notons que la cohérence de cette pantomime n’existe que par la grâce du texte, la volonté du poète : quelle logique narrative, quel déroulement significatif attribuer à ces quatre tableaux successifs ? L’un mange et boit tandis qu’un autre pleure dans le fond, un troisième prévoit un enlèvement pour satisfaire ses pulsions, dont il semble fêter par ailleurs les multiples réalisations par une pirouette… et la femme de se montrer romantique, à son étonnement apparemment. Là ne s’arrêtent pas les contradictions de ce poème : le premier vers affiche d’emblée une opposition nette entre les deux noms propres qui l’encadrent, en un rapprochement qui paraît d’autant plus gratuit qu’il est présenté comme tel : «n’a rien de» ne peut être plus négatif et que vient faire «Clitandre» dans la commedia dell’arte, sinon par le hasard d’un rangement dans une bibliothèque ? Ce nom propre étant lui-même rendu commun par l’article indéfini, comme pour déprécier cette figure classique du soupirant rencontré chez Molière puisque c’est l’amant de Lucinde dans L’Amour médecin, celui d’Angélique dans George Dandin, d’Henriette dans Les Femmes savantes… «Et c’est l’éternel Clitandre» mis en exergue dans Mandoline, par le présentatif et la polysyndète… Pourquoi ensuite évoquer «sans plus attendre», en une tournure affectée, car l’objet de l’attente échappe complètement, absence renforcée par le suspens de la rime… procédé rhétorique que conseillera Art poétique… L’ordre même des actions semble peu cohérent : la consommation d’un pâté se fait habituellement au rythme de la baisse du liquide dans le flacon afférent… alors que ce dernier sert ici d’apéritif. Après cet en-cas, Cassandre se trouve reclus au fond de l’avenue, comme en vieux rebut, et cette mise à l’écart est confirmée par le mépris à l’égard de sa larme (sic !), alors que l’on attend plutôt des larmes. Cette impression d’évanescence est confirmée par les préfixes - et dés- et corroborée par la déshérence du neveu, dont le rapport familial est ainsi dénié. Plus vif, Arlequin, car actif intellectuellement («combine») et physiquement («pirouette»), au rebours du passif et déplorant Cassandre,

Colombine tranche ainsi nettement dans le dernier tercet sur les trois personnages précédents ; elle seule incarne la beauté, le raffinement, toute en spiritualité : «rêve».

C’est que ces personnages semblent tous à contre-emploi : nous avons évoqué plus haut la gloutonnerie évidente de Pierrot : cela ne fait pas partie de ses traits de caractère traditionnels, et ce défaut est plutôt réservé à Arlequin. Certes ce dernier pirouette comme attendu, mais c’est plutôt à Pierrot de combiner l’enlèvement de son amour, au détriment de Cassandre. Cassandre, avez-vous dit ? Autre rupture ! Certes, il est au ban de la société et subit la moquerie vengeresse de la populace vu son désir pour sa fille, mais il y a ambiguïté sur son identité réelle, car il partage ce nom avec la célèbre Cassandre de Troie qui, récupérée par Agamemnon, ne peut que verser une larme en secret, pour ne pas subir la raillerie de ses ennemis, sur son neveu, le petit Astyanax, de fait déshérité puisque son père Hector, le fils de Priam, et donc futur roi de Troie a perdu la vie sous les coups d’Achille. D’ailleurs, il est vivant et sert au chantage de Pyrrhus dans Andromaque de racine, mais chez Homère, il a été précipité du haut des murailles de Troie en flamme. Verlaine, encore une fois, s’amuse et nous perd ici dans les méandres mêlés du mythe et théâtre, un bon exercice de redistribution des cartes pour les cuistres… Ce que confirme la présentation inhabituelle de Colombine, accorte jeune fille, délurée, maîtresse de ses sentiments, à l’abri des surprises de l’amour, car elle est coutumière du fait, vu sa beauté. Elle se montre pourtant ici d’une délicatesse extrême, on n’ose dire : romantique, vu l’anachronisme, ou alors c’est avant la lettre ! Les nasales en écho (sen- un dans) , ensuite soulignées par les dentales : «[d’]en[|t]en[d]r(e) en son» n’entrent pas pour peu dans la douceur de ce point d’orgue affectif, en deux très belles images où le souffle de la brise se mêle intimement aux battements du cœur d’un autre. Etant entendu (sic !) que le terme «voix» fournit une ultime contradiction, renforcée par le pluriel, car entendre des voix renvoie à une illusion auditive, on entend plutôt une seule voix dans son cœur, celle de l’amour que l’on ressent pour l’autre ; n’envisage-t-elle pas de quitter son Pierrot pour Arlequin, le pluriel marquant son dilemme ? Encore une distorsion, justement ; Et une contradiction formelle par rapport au titre pantomime, cette activité théâtrale étant censée se jouer en silence, sous le regard du spectateur (cf. l’étymologie même de théâtre !), car ceci reste forclos dans le cœur, dont les mystères sont impénétrables (sic !)…

 

Ces oppositions de sens, sémantiques, se retrouvent aussi au niveau rythmique, ce qu’une rapide étude de n’importe quelle strophe prouve à l’envi, par ex. : v1 : 2/3//3, v2 : 1/3//2/2, v3 : 3//2/3,  ces deux derniers vers étant remarquables, le premier par sa césure à l’hémistiche, inhabituelle dans un octosyllabe mais fréquente dans cette poésie (v. 6, v. 8, v. 12), le dernier par deux e amuis, les pauses phono-sémantiques abondantes clivant l’ensemble. Et cette étude se retrouve dans les autres strophes. Pour cela préfère l’impair…

 

Alors que la musique des rimes renforce la perception d’une cohérence profonde ; refusée dans Art poétique, la recherche sur ces échos en fin de vers est avérée ici, peut-être pour souligner l’artifice théâtral ; la structure en rime plate puis embrassée, deux fois amène un suspens, vu les strophes en tercet, à chaque blanc de strophe, effet renforcé par l’autonomie des quatre phrases déclaratives qui renforcent l’agencement phonique en créant une attente; notons que la cohérence du trio Pierrot, Arlequin et Colombine est assurée par la présence de la même conjonction de coordination à l’initiale du troisième vers du tercet qui concerne chacun d’entre eux, en excluant ainsi le vieillard Cassandre… D’abord léonine, deux rimes suffisantes, derechef léonine, les deux dernières jouent sur consonnes sourdes et sonores : fois/voix, encadrant prise, brise en respectant l’ordre sourde sonore. Il y a un jeu d’assonance en [i] subtil entre le titre Pantomime, combine et surprise, et une inégalité nette entre rimes féminines (4) et masculines (2), comme pour équilibrer la seule femme par rapport aux trois hommes… autre subtilité : la rime en Clitandre-attendre est reprise par Cassandre au v. 4, et il en est de même entre combine-Colombine, rime reprise dans les même conditions au vers 10

 

 

C)  un texte sensuel, voire sexuel : d’abord par sa satisfaction des besoins premiers, sans fard, en toute simplicité. Ce que mentionne l’apposition : «pratique», sans rupture malgré le suspens des virgules vu les deux e muets amuis. Boire et manger, l’essentiel, sans retenue : sans plus attendre. Si Cassandre évoque implicitement l’assoupissement par la mise à l’écart, la satisfaction des besoins premiers serait ici convoquée, en un hédonisme commun : vin, pâté, sans oublier l’accomplissement du désir sexuel par le truchement d’Arlequin, à plusieurs reprises, ce qui n’empêche pas les sentiments comme l’atteste la réaction de Colombine. Mais cet aspect est très peu marqué ici, au rebours d’autres poèmes plus engagés dans cette voie, comme le suivant : Sur l’herbe, dont le titre se suffit à lui-même…