Histoire du Chevalier des Grieux et de Manon Lescaut

 

 

L'ensemble des gravures que nous avons à étudier sont celles qui agrémentent l'édition de référence, celle de 1753. Nous ne rappellerons pas ici le rôle psychagogique ou réinterprétatif joué par la vignette. Nous ne tiendrons pas non plus compte de l'identité exacte des deux graveurs puiqu'il appert que ce sont de simples illustrateurs... Il n'en rest pas moins que le choix opéré par l'auteur des scènes à illustrer est révélateur.

Certes le coup de foudre, lyrique et en illustration simplement réaliste, comme anecdotique et la scène du parloir, plus pathétique, plus en accord avec un moment essentiel du texte, sont attendus. Est-ce pour alterner scènes positives et négatives que nous avons ensuite l'épisode de comédie du chevalier déguisé en frère mal dégrossi de Manon, en présence de G... M...? Ceci serait corroboré par la scène pathétique de la rencontre entre des Grieux et Manon à la Salpêtrière, sous l'égide... Derechef, une scène de comédie, celle du prince italien, ajoutée en 1753, puis une scène de tragi-comédie: notre chevalier en bras de chemise avec son bonnet de nuit pris en flagrant délit par un pseudo-cocu. Beaucoup plus pathétique la scène des charrettes, puis tragique, celle de la mort. Provoquant un encadrement entre la gr. 1 et 8. Seules 3 gravures évoquent les plaisirs éprouvés par Manon: 3 - 5  - 6, la dernière montrant comment ce désir a provoqué sa perte...