VERSION LATINE - MÉTHODOLOGIE

 

 

 

 

            Au départ, il ne s’agit pas de chercher à comprendre (ou plutôt d’essayer de deviner...), mais de CONSTRUIRE. Le sens se mettra en place quasiment de lui-même, si les élèves n'ont pas essayé de “forcer” les mots, pour les faire rentrer dans un schéma qui n’est pas le leur.

 

            Le dictionnaire ne doit donc servir qu’à un travail de repérage grammatical, pour permettre d’identifier les formes syntaxiques, c’est-à-dire :

 

        ü  remonter au nominatif, pour déterminer le cas ;

ex. : principum pourrait venir de trois mots :

- *principus , -i,  (accusatif singulier),

- *principum, -i,  (nominatif ou accusatif singulier),

- princeps, principis,  (génitif pluriel).

Noter toutes les formes qui existent, sauf s'il y a un autre indice (si principum est précédé de magnorum, c’est à coup sûr un génitif, et il ne peut donc venir que de princeps). Dans ce cas, noter le mot, son nominatif, le cas et le sens général : principum = princeps, prince.

 

       ü remonter aux temps primitifs pour identifier une forme verbale ; s’attacher principalement aux particularités de construction et les noter avec le sens général :

ex. :     -  inviderant = invideo, -es, -ere, -vidi  ð  plus-que-parfait, jalouser (+ datif)

- meministis = memini, parfait à sens présent, se souvenir (+ génitif ou proposition infinitive)

- sustineret = sustineo, -es, -ere  ð  subjonctif imparfait, soutenir.

 

            La première feuille de vocabulaire ne doit donc comporter que les mots qui ont été cherchés pour des raisons grammaticales. Ainsi, si on trouve civitatem dans un texte, il est hors de question de chercher à ce stade ; même si on ne sait pas de quel mot cela vient, ce ne peut être qu’un accusatif (en l’occurrence, celui de civitas, -atis, la cité).

 

            En respectant ces principes, effectuer le travail suivant :

 

 

Œ  DÉBROUSSAILLAGE DE LA PHRASE COMPLEXE

 

 

         Recherche des subordonnées à un mode personnel : souligner tous les verbes conjugués et surligner -ou entourer- les subordonnants (conjonctions et pronoms relatifs). Logiquement, chaque subordonnée doit commencer par un subordonnant et finir par un verbe (gros avantage du latin !) ; séparer les propositions par des barres verticales. Le verbe restant est celui de la principale.

 

        ‚ Recherche des propositions infinitives et participiales, très nombreuses en latin :

               ü infinitif + verbe introducteur -le plus souvent avant l'infinitif- (déclaration, opinion, etc...) + sujet à l’accusatif = proposition infinitive ;

               ü verbe au participe -présent actif ou parfait passif- à l’ablatif + sujet à l’ablatif = ablatif absolu (penser à restaurer dans la traduction définitive le lien circonstanciel).

          Dans les deux cas, la présence du sujet est indispensable ; s’il est identifié, souligner sujet et verbe et marquer la proposition par des barres verticales.

 

Ex. : cum Romam redirem,½½existimabam½½omnes cives de magistratu meo loqui.

            P. S.                               P. P.                               P. Infinitive

Alors que je revenais à Rome, je pensais que tous les citoyens parlaient de ma magistrature.

 

Omni spe in Caesare collocata,  ½½  duces Romam petunt.

            Ablatif absolu                                     P. P.

Tout espoir ayant été placé en César, les chefs gagnent Rome ð selon le contexte : après avoir placé tout leur espoir en César ; comme ils ont placé, ... ; parce qu’ils ont placé, etc...

 

        ƒ Mise en évidence des liens de coordination, qui mettent sur le même plan des propositions (ou les termes d’une même proposition). Se méfier tout particulièrement de -que  qu’il faut “détacher” du mot auquel il est accroché, et placer avant ce mot.

 

 

  CONSTRUCTION À L’INTÉRIEUR DES PROPOSITIONS

 

 

          Partir du verbe ; si c'est une 3ème personne, chercher le sujet.

 

       ‚  Rechercher les attributs, COD, COI :

               ü  avec les verbes d’état, chercher l'attribut au nominatif ;

              ü  avec les verbes transitifs construits avec l'accusatif, chercher le COD à l’accusatif, éventuellement un COI (COS) au datif ;

              ü avec les verbes de construction particulière (génitif, datif, ablatif), chercher le complément à l’un de ces cas (d’où l’importance, dans la recherche du vocabulaire, de bien relever la construction des verbes) ;

              ü avec les verbes signifiant devoir, pouvoir, etc..., chercher un infinitif.

 

        ƒ  Recherche des groupes prépositionnels : identifier immédiatement les mots au cas demandé par une préposition donnée.

 

        „  Analyse des groupes de mots : regrouper :

              ü l’épithète avec le nom auquel elle se rapporte ; ils peuvent être séparés par d’autres mots, en particulier un groupe au génitif (complément du nom) ;

Ex. :     falsam de illis habuit opinionem, malam de vobis.

il eut d’eux une opinion fausse, et de vous une opinion mauvaise.

              ü  le complément du nom et le nom dont il dépend ;

              ü les compléments circonstanciels non précédés d’une préposition (la plupart du temps à l’ablatif) ; s’aider du sens pour rétablir la préposition en français (cause, moyen, manière, temps, ...).

 

EXEMPLES :

Postquam id animadvertit, ½½ copias suas Caesar in proximum collem subduxit ½½

P. S. temps                                                    P. P.

equitatumque ½½ qui sustineret hostium impetum ½½ misit.

-que ð 2° P. P.        Relative au subjonctif  ð  but

Après avoir remarqué cela, César conduisit ses troupes au pied de la colline la plus proche et envoya la cavalerie pour soutenir l’assaut des ennemis.

 

Dum  haec  apud  Alesiam  geruntur,  ½½  Galli,  ½½  concilio principum indicto,  ½½

            P. S. temps                                                           Ablatif absolu        

non  omnes  ½½  qui arma ferre possent,  ½½  ut censuit Vercingetorix,  ½½

Sujet Inf.           P. Relative subj. ð but           P. S. comparaison

 

convocandos esse ½½ statuunt, ½½ sed certum numerum cuique civitati

P. Infinitive                    P. P.                         sed  ð  2ème Proposition

imperandum esse   ½½  ne  ½½  tanta multitudine confusa  ½½ nec moderari nec

Infinitive                                        Ablatif absolu                          P. S. introduite

discernere suos nec frumenti rationem habere possent.

par ne (+  subj. = but forme négative)

 

 

Traduction littérale (donc, pas encore “bonne” !)

Tandis que ces travaux s’accomplissent près d’Alésia, les Gaulois, après avoir convoqué une assemblée des chefs, décident que doivent être appelés non pas tous ceux pour pouvoir porter les armes, comme le souhaitait Vercingétorix, mais qu’un nombre déterminé doit être commandé à chaque cité, pour que, une si grande multitude étant mélangée, ils ne puissent pas ni maintenir, ni discerner les leurs, ni avoir une quantité suffisante de blé.

Attention ! dans la traduction définitive, à la double négation ne...nec. A rendre par : de peur qu’ils ne puissent ni maintenir,... ou : pour éviter qu’ils ne puissent...

 

Traduction proposée :

Tandis que ces travaux s’accomplissent près d’Alésia, les Gaulois, après avoir convoqué une assemblée de leurs chefs, décident qu'il ne faut pas, comme le souhaitait Vercingétorix, appeler tous ceux qui pourraient porter les armes, mais qu’il faut commander à chaque cité un nombre précis d'hommes, pour éviter que la confusion résultant d'un trop grand nombre ne les empêche de contrôler, de discerner les leurs, ou de disposer d'assez de blé.

 

 

                                                            Cathie MONACELLI

                                                                     Collège Roustan - Antibes