Un jour, la femme du roi Ceindras le Cypriote se vanta imprudemment que sa fille Smyrne était plus belle qu'Aphrodite elle-même.
La naissance d'Adonis La déesse se vengea de l'insulte en faisant s'éprendre Smyrne de son propre père et la fit entrer dans son lit par une nuit très sombre après que sa nourrice l'eût enivré au point qu'il ne savait plus ce qu'il faisait.

Par la suite, Ceindras s'aperçut qu'il était à la fois le père et le grand-père de l'enfant non encore né de Smyrna; fou de colère, il saisit une épée pour tuer sa fille, mais Aphrodite changea promptement Smyrne en arbre à myrthe et l'épée du roi, en s'abattant, le fendit en deux: le jeune Adonis en sortit; Aphrodite cacha Adonis dans un coffre et le confia à Perséphone, reine des Enfers.


Perséphone eut la curiosité d'ouvrir le coffre et trouva Adonis à l'intérieur. Vénus et Adonis par LEMOYNE Il était si charmant qu'elle le sortit, le prit dans ses bras et l'éleva dans son propre palais. La nouvelle parvint un jour à Aphrodite qui se rendit au Tartare pour réclamer Adonis. Perséphone ayant refusé de le rendre car elle avait fait de lui son amant, Aphrodite en appela à Zeus. Zeus, sachant fort bien qu'Aphrodite aussi avait des vues sur Adonis, refusa d'être juge dans une querelle aussi déplaisante et il transféra l'affaire à un tribunal inférieur, présidé par la Muse Calliope. Le verdict de Calliope fut que Perséphone et Aphrodite avaient sur Adonis des droits égaux; mais on lui accorderait de petites vacances chaque année afin de lui permettre de se reposer des sollicitations amoureuses des deux insatiables déesses. En conséquence, elle divisa l'année en trois parties égales, dont il devait passer l'une avec Perséphone, l'autre avec Aphrodite et la troisième tout seul à se reposer.

Mais Aphrodite tricha: elle porta sa ceinture tous les jours elle persuada Adonis de lui consacrer sa part personnelle, de n'accorder qu'à contrecœur à Perséphone le temps qui lui était dû et de ne pas respecter l'arrêt du tribunal.
La mort d'Adonis par DOMENICHINO Perséphone, justement affligée, se rendit en Thrace où elle raconta à Arès, son bienfaiteur, qu'Aphrodite lui préférait à présent Adonis. Ares devint fou de jalousie. Déguisé en sanglier sauvage, il fonça sur Adonis qui chassait sur le mont Liban et le perça de part en part sous les yeux d'Aphrodite. Des anémones naquirent de son sang et son âme descendit au Tartare. Aphrodite, en larmes, alla trouver Zeus et demanda qu'Adonis ne fût pas contraint de passer plus de la moitié sombre de l'année avec Perséphone et pût être son compagnon durant les mois d'été. Zeus, magnanime, promit.